Il en faut pour tous les goûts


J'ai lu
dans tes pensées
vite fait pour voir
Désolé mais
c'était pas
ma came

De bonne guerre


Juste pour l'emmerder
j'enlèverais bien
les points
qu'il a mis
sur les i

Tuyau


Souffler sur
la poussière
pour aspirer
l'ennui

Comme sur des roulettes


Elle lui glisse
quelque chose
à l'oreille
Un message de la
plus haute importance
et soudain les voilà
qui s'embrassent
On dirait bien que
son plan a fonctionné

Loin derrière

© Photo : Dorothea Lange

Des années
que tu parles
couramment l'hier
et puis
vient le jour où
tu apprends à dire
autrefois

Standing


Près du parterre
de tulipes
elle ne se prend pas
pour de la merde
Pourtant
c'en est bien une

Par sécurité


Je m’emmêle souvent
les pédales mais 
j'ai toujours gardé
mes p'tites roulettes

Subtil dosage

© Photo : John McConnico / AP

Il faut trouver
le juste dosage pour
se laisser fondre
doucement mais 
pas complètement

Smile

© Photo :Wayne Miller

Je n'arrive pas à écrire
quand il y a trop de monde
sauf quand il y a
beaucoup de sourires
La preuve

Poème écrit hier à la demande, lors d'une rencontre avec les élèves du Lycée Jean Monnet de Garches (92), merci à eux pour les beaux échanges.

Pas contre


Ce soir
l'obscurité se prend
pour une lumière
Grand bien lui fasse

Déjà servi


Comme une tristesse
de seconde main
qui a déjà appartenu
à quelqu'un d'autre

zzzzz


La ville devient
le vent
un soleil s'assoupit
3 piafs
dans la crinière

Bien entouré


Il prend le temps
de répondre aux
sondages téléphoniques
C'est une compagnie
comme une autre
Chaque fois
qu'il décroche
il a une petite pensée
pour ceux qui n'ont 
personne à qui parler

Open


La lumière et moi
avons papoté un peu
en attendant l'ouverture
de tes yeux

Un bon conseil


Quand tu finiras par 
te relever
de tout ça
fais gaffe
à la poutre

Dernier détail


L'ombre
au tableau
sa touche finale

****


Au beau milieu
de l'après-midi
seul et à court
de produit vaisselle
il a lancé ce juron 
Comme si c'était
le mot le plus doux
que son cœur
ait à offrir

Trempette


On reprend
le même chemin
Quelques fleurs ont fané
Une toute petite odeur
de mort
flotte dans l'air
en maillot de bain

Vaquons


Le ciel est bien gris
comme il faut
idéal pour vaquer
à nos préoccupations

Ça finira par arriver


Le ridicule
ne tue pas
encore

Page des libraires - Juin 2018


Merci à Gabriel Pfliege pour son article sur Inauguration de l'ennui, dans "Page des libraires". Merci également à Madeline Roth et Laurence Behocaray de le faire vivre ici et là !

Marque repère


Y a pas de meilleur
coton-tige
que le chant
des oiseaux

Faveur


Sauve-toi
Sauve-moi
Sauve-qui-veut

Scintillements


Aujourd'hui la pluie
ferait briller
n'importe quoi
Jusqu'à la plus profonde
 des déceptions

L'humanité - 7 Juin 2018


Merci à Nicolas Dutent pour son article sur "Apprendre à maudire le béton" (paru chez Les Venterniers), dans l'Humanité du 07/06/2018 !

L'infini et au-delà


Se cache
dans les phrases
qu'on ne termine pas
sans doute
l'un des plus gros mystères
de l'humanité

Son ombre


Fin d'après-midi
le ciel se couvre
les ombres fondent
puis disparaissent
La sienne tient bon
Il lui en faut
plus que ça

Topo


6h30
L'éboueur
qui sifflote
résume le monde
à ceux qui dorment