Bousculer les idées reçues


Une souris verte
qui courrait dans 
le PMU
s'est liée d'amitié avec
un troupeau
d'éléphants roses

Comme une tomate


La nuit n'est pas
avare en compliments
l'aube rougit

Livraison d'organe


Il n'y avait pas 5 minutes 
que tu étais partie
on a sonné à l'interphone
J'ai cru que tu avais
oublié quelque chose
mais finalement c'était un type
avec une voix rauque
c'était une erreur
c'était un colis
pour quelqu'un d'autre
et le type gueulait
à l'autre bout
en respirant fort
pour que je lui ouvre
comme si la vie de quelqu'un
en dépendait
comme si la Freebox
ou le lot de serviettes de bain en mohair
qu'il serrait entre ses bras
allait d'une minute à l'autre
sauver quelqu'un
d'un ennui mortel

Transhumance


L'herbe est
plus verte ailleurs
mais nous ne sommes pas
des vaches

Tes pensées sont plus confortables


Je suis bien
dans tes pensées
bien mieux que
sur le canapé

Appeau


Le vent souffle
dans ses cheveux
la solitude accourt

Je ne m'étendrai pas sur le sujet...


Afin d'éviter
tout conflit
et pour ne pas 
entrer dans 
d'interminables débats
dont nous ne sortirions
ni l'un ni l'autre grandis
je ne m'étendrai pas
plus longtemps
sur ce hamac

Un type pas fait pour le rodéo


J'ai connu un type
si discret que
je l'ai perdu de vue
Un type qui n'avait
jamais un mot
plus haut que l'autre
Au fond
je crois bien qu'il avait
trop le vertige
pour monter
sur ses grands chevaux

Un truc coincé


Le soleil
n'est pas triste
c'est qu'il a 
un œil 
dans la poussière

Tout ce qu'on fait avec lui


On l'érige
on le fait
on le longe
on le contourne
on se le prend
on lui parle
au mur

Pas de favoritisme


Ne te préoccupe
ni du sort
de tes plaies
ni de celui
de tes caresses
ce matin loge
jurons et mots doux
à la même enseigne

Ferme ta bouche


Le soleil
parle fort
postillonne sur
la vitre
Un nuage
lui coupe
la parole

Le plus important


On passe entre
les gouttes
mais on oublie
la flaque

L'horizon danse le mia


Pas de pacotille
fenêtre ouverte
et chaîne de montagnes
qui brille

La griffe


Il balade
sa p'tite mine
sur le bitume
ce matin
Son ombre le suit
comme le trait
d'un stylo
Son errance
a quelque chose
d'une signature

Triangle des cuisines


Peu de temps après
ton départ
mes yeux se sont perdus 
quelque part
entre le pot de confiture
la facture EDF
et le coupe-ongles

Belle prise


Au beau milieu
de la nuit
par la porte
entrebâillée des toilettes
un poisson d'argent
dans un filet
de lumière

Avant de se mettre à creuser


Nous habitons
une paume
dans laquelle
le ciel crache

Voici un peu de plumes, je compte sur vous pour le goudron




Charogne #4 est enfin disponible.
La bête vient de se poser.
Ses plumes sont en papier.
Sa maison est en carton.
Pirouette cacahouète.
Elle est jaune et a les yeux sombres
Elle a glandouillé tout l'été.
Elle n'a pas besoin de faire des UV.
Elle supporte la solitude mais aimerait bien
un peu de compagnie...
Elle s'apprivoise pour 7 euros.
Le sommaire est ICI

Pour commander en ligne c'est ICI.
Il est également possible d'envoyer un chèque à : 

Asphodèle-éditions
23 rue de la matrasserie
44340 Bouguenais

Merci à tous ceux qui ramèneront du goudron !

Lettre à un ami extra-terrestre


Si tu voyais la terre
elle a le ventre
qui bouillonne
elle est chaude
comme la braise
elle intériorise
elle a le cœur qui bat
à cent à l'heure
Nous sommes
sa chair de poule
l'envers du décor

Dans un autre contexte


Loin de cette
file d'attente bordée
de plantes assoiffées
et de crottes
de nez séchées
le sourire de
cette fille
rencontrant
l'humeur de chien
de ce type
auraient tout à fait
pu engendrer
un arc-en-ciel

Comme la pluie


Les hommes tombent
comme la pluie
comme autant 
de comptines
diluées dans le vacarme
d'une foule
qui s'évapore

Mêmes destinations


La plante
la tartine
la plante
la vitre
la plante
le mur
la pomme
la plante
Décidément
cette mouche a
les mêmes hobbies
que mes yeux

Je préfère quand elle nous déguste à la paille


La vie
nous croque
nous mâche
nous digère
Certains jours
elle oublie
son dentier

Le melon de la flemme


Il arrive que
ma fainéantise
ait tellement
la grosse tête
qu'elle se prenne pour
mon courage

Lolcat


Sans doute
parce que
je les avais
en pelote
toute la journée
le chat a joué
avec mes nerfs

Mauvaise blague


Le jour s'éteint
le ciel s'allume
encore et encore 
Et nous passons 
nos vies
à chercher 
le môme qui joue 
avec l'interrupteur

Reprise de l'entraînement - Ce qui reste


Quelques poèmes aujourd'hui
sur l'excellente nouvelle revue en ligne