28 heures


Il ferait rouge. Il serait 28 heures. Tu te serais fait couler une rivière et y plongerais lentement ton esprit. Les oiseaux chanteraient de vieux tubes et tu les accompagnerais en frappant dans tes pieds. Je serais à côté à siroter un cocktail molotov. Nous serions seuls, et parfois des animaux à la chair tendre sauteraient pleins de dévouement sur la grille rougie par le feu. Ils se feraient rôtir et nous n'aurions qu'à dérouler nos intestins pour manger à notre faim. Un léger vent ferait s'envoler des cerfs-volants sauvages et nos sourires seraient des thèses sur le bonheur. Nous ferions l'amour en haut des arbres après avoir suspendu nos fringues à des étoiles. La vie serait tellement simple. Les nuits ne serviraient plus ni à dormir, ni à ne pas y arriver. La mort aurait été démasquée et nous coulerions des jours heureux. Les romans de science fiction nous sembleraient sortir tout droit d'une bibliothèque préhistorique.

8 commentaires:

lucm.reze a dit…

Utopialement poétique !

La Méduse et le Renard a dit…

Merci Luc ! Content de vous revoir par ici

Mu LM a dit…

superbe
p'tain, je veux vivre ds ce monde là :)

La Méduse et le Renard a dit…

Welcome !

Michèle Dassy a dit…

A couper le souffle!!

La Méduse et le Renard a dit…

Ouf !

Romain a dit…

Des journées de 28 heures. Pour ce monde-là, je signe des deux mains et des deux pieds.

La Méduse et le Renard a dit…

Ouais Romain, moi aussi !