La minute qui prend son bain


Cette minute-là se situe à la frontière du très tard et du très tôt. Elle repose dans un bain de lumière recouvert d'une onctueuse mousse d'ombre. Elle a dans son ventre autant de cris que de murmures, autant de craintes que de chairs chaudes blotties contre d'autres chairs chaudes. Cette minute-là ne dure pas même une minute. Une volée de secondes. Un instant rachitique qui se brosse le corps avec approximation. Une toute petite minute qui prend son bain en un éclair et part sans s'essuyer. Une minute qu'on trouve en fouillant longtemps parmi les nuages. Il ne faut être ni en avance ni en retard. Il faut des années avant de mettre les yeux sur le point G de l'aube.

1 commentaire:

Sidonie du Bois Joli a dit…

C'est ma préférée avec beaucoup de mousse...